10.01.2019, 06:57

Australie: inculpation d'un homme soupçonné d'avoir envoyé des colis

chargement
Le délit peut être puni d'un maximum de 10 ans de prison.

Justice La police australienne a inculpé jeudi un homme de 49 ans soupçonné d’avoir envoyé 38 colis suspects à des ambassades et à des consulats en Australie. Les contenus des colis sont encore en cours d’examen.

Un Australien soupçonné d'avoir envoyé plusieurs dizaines de colis contenant apparemment de l'amiante à des ambassades et à des consulats à travers l'île-continent a été inculpé jeudi par la police.

Savas Avan, 49 ans, a été présenté à un tribunal de Melbourne qui l'a placé en détention provisoire jusqu'à une nouvelle audience début mars.

La police l'avait arrêté la veille chez lui dans l'Etat de Victoria, dans le sud-est de l'Australie. La police l'accuse d'avoir envoyé 38 colis contenant des substances dangereuses à des ambassades et consulats à Melbourne, Canberra et Sydney.

D'après la presse locale, les paquets contenaient de l'amiante, une substance cancérigène très utilisée autrefois dans l'industrie et le bâtiment. Une porte-parole de la police a refusé de confirmer ou démentir ces informations.

La police n'a pas avancé de motif pour expliquer les agissements du suspect, qui a été inculpé pour avoir envoyé par la poste des matières dangereuses. Il risque un maximum de dix ans de prison.

L'alerte a été donnée mercredi quand les services d'urgence se sont précipités dans une série de représentations diplomatiques à Melbourne ayant reçu des colis suspects.

Il n'y avait aucune logique apparente dans la liste des pays visés. Des colis sont arrivés notamment dans les consulats des Etats-Unis, de Chine, d'Italie, d'Inde, du Japon et de Nouvelle-Zélande.

Les premiers colis avaient été trouvés au début de la semaine dans trois consulats ou ambassades à Sydney et à Canberra, ce qui a conduit mardi le ministère australien des Affaires étrangères à envoyer des notes à toutes les missions diplomatiques "les avertissant de la possibilité de l'arrivée de colis suspects acheminés par la poste".

Dix ans de prison

Le suspect doit être présenté à un tribunal de Melbourne dans la journée de jeudi et y être inculpé pour l’envoi de matériaux dangereux par la poste. Ce délit est puni d’un maximum de 10 ans de prison, a indiqué la police.

Il ne semble pas y avoir de logique apparente dans la liste des pays visés, avec des colis arrivés notamment dans les consulats des Etats-Unis, de Chine, d’Italie, d’Inde, du Japon et de Nouvelle-Zélande, a-t-elle ajouté.

Il n’y a pour le moment aucune indication que les colis aient pu être dangereux. Selon la police, une substance trouvée lors de ces examens semble provenir du domicile du suspect.

Les premiers colis ont été trouvés au début de la semaine dans trois consulats ou ambassades à Sydney et à Canberra, ce qui a conduit mardi le ministère australien des affaires étrangères à envoyer des notes à toutes les missions diplomatiques «les avertissant de la possibilité de l’arrivée de colis suspects acheminés par la poste».

ATS

À lire aussi...

Etats-UnisEtats-Unis: le suspect arrêté dans l'affaire des colis piégés risque jusqu'à 58 ans de prisonEtats-Unis: le suspect arrêté dans l'affaire des colis piégés risque jusqu'à 58 ans de prison

MenacesÉtats-Unis: première arrestation dans l'affaire des colis piégésÉtats-Unis: première arrestation dans l'affaire des colis piégés

menacesColis piégés: vaste chasse à l'homme aux Etats-UnisColis piégés: vaste chasse à l'homme aux Etats-Unis

Top