12.01.2019, 16:01

Explosion à Paris: le bilan s'alourdit à 3 morts, dont deux pompiers et près de 50 blessés

chargement
1/21  

france Le bilan de la forte explosion qui s'est produite ce samedi matin dans le 9e arrondissement de Paris s'est alourdi avec l'annonce de la mort d'une touriste espagnole qui s'ajoute à celle de deux pompiers. On déplore également près de 50 blessés, dont certains graves.

L'explosion accidentelle due vraisemblablement au gaz samedi matin à Paris a tué trois personnes, selon un bilan provisoire rectifié, et fait près de 50 blessés.

Une touriste espagnole est morte samedi dans l'explosion accidentelle due au gaz survenue dans un immeuble à Paris. C'est ce qu'a indiqué à l'AFP le ministère espagnol des Affaires étrangères.

Cette femme, qui était en voyage avec son mari, "vient de mourir à l'hôpital", selon cette source. Deux sapeurs-pompiers sont morts, dix personnes ont été grièvement blessées et 37 plus légèrement dans cette explosion, avait indiqué auparavant le parquet de Paris.

 

 

"L'un des pompiers a été enseveli plusieurs minutes. L'onde de choc s'est propagée dans les quatre rues adjacentes sur environ 100 m. Nous investissons tous les lieux pour voir s'il y a d'autres victimes", a déclaré le commandant Eric Moulin, des sapeurs-pompiers de Paris.

 

 

Il y a eu une "explosion grave certainement liée à une fuite de gaz d'origine manifestement accidentelle avec des poches de gaz qui ont explosé. Le bilan humain est lourd et grave", a déclaré vers 10h30 le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner, qui s'est rendu sur place, tout comme le Premier ministre Edouard Philippe, la maire de Paris Anne Hidalgo et le procureur de Paris Rémy Heitz.

 

 

L'explosion a eu lieu au moment où des gens étaient dans la rue et les pompiers à l'intérieur de l'immeuble où ils avaient été appelés pour une fuite de gaz. Elle s'est produite vers 09 heures au 6 rue Trévise, où se trouve une boulangerie, dans le IXe arrondissement de la capitale.

 

 

 

 

Rue jonchée de débris

Dans la rue enfumée jonchée de verres et de débris, des immeubles et des commerces ont les fenêtres et les vitrines soufflées, des voitures sont renversées ou totalement détruites, calcinées, témoignant de la force de l'explosion, ont constaté des journalistes de l'AFP.

"Je dormais et j'ai été réveillée par l'effet de souffle. Toutes les fenêtres de l'appartement ont explosé, toutes les portes qui étaient ouvertes sont sorties de leurs gonds", raconte à l'AFP Claire, qui habite au 3e étage de l'immeuble où l'explosion s'est produite.

"On était tous en train de dormir et là on entend un bruit, on a cru que c'était un séisme", témoigne aussi à l'AFP une adolescente d'une rue attenante. "On est descendus et on a vu un immeuble en feu", ajoute son frère.

 

 

"La salle de bain est un trou"

"Les pompiers nous ont conseillé de sortir mais la gaine de l'ascenseur a été soufflée, plus de rambarde, plus rien, et il y avait trop de fumée. Donc on s'est réfugié chez nos voisins au premier étage et les pompiers nous ont fait descendre par une échelle. Chez ces voisins il y a deux pièces qui n'existent plus, la salle de bains est un trou", explique Claire.

Selon le ministre de l'Intérieur, "il n'y a pas de risque de suraccident, mais les pompiers sont à la manoeuvre pour tenter de sauver les personnes encore sur site". Quelque 200 pompiers ont été engagés, et un large périmètre de sécurité a été établi.

A l'entrée d'une rue voisine, à quelques dizaines de mètres du lieu de l'explosion, une dizaine de personnes blessées notamment à la tête, étaient en train d'être soignées en milieu de matinée.

 

 

Touristes hagards

Dans les rues, plusieurs touristes, valises à la main, évacuaient les nombreux hôtels de cette zone centrale de la capitale parisienne. D'autres sortaient en robe de chambre ou finissaient de s'habiller précipitamment dans la rue en sortant des immeubles et hôtels voisins.

Un homme pieds nus l'air hagard les cheveux blanchis par la poussière était pris en charge par les secours. Une femme âgée, encore en pyjama sous sa robe de chambre, a dû aussi utiliser une échelle de pompiers pour évacuer un appartement situé au 2e étage de l'immeuble.

Enquête ouverte

Le parquet de Paris a ouvert une enquête confiée à la direction régionale de la police judiciaire pour identifier notamment l'origine du sinistre. Dans la capitale française, de nombreux immeubles fonctionnent encore au gaz pour les cuisines et les chaudières, mais les explosions provoquées par des fuites de gaz sont rares.

"Nous sommes (...) sur une origine accidentelle, mais à ce stade nous n'excluons aucune hypothèse", a déclaré à la presse le procureur Rémy Heitz.

L'accident est survenu au moment où de l'autre côté de la capitale des "gilets jaunes" se rassemblaient devant le ministère de l'Economie et des finances, dans l'est de Paris, pour une neuvième journée de mobilisation.

ATS

À lire aussi...

DrameExplosion meurtrière dans un immeuble en Russie: le bilan grimpe à 39 mortsExplosion meurtrière dans un immeuble en Russie: le bilan grimpe à 39 morts

beauEtats-Unis: l’explosion d’un transformateur électrique peint le ciel de New York en bleu turquoiseEtats-Unis: l’explosion d’un transformateur électrique peint le ciel de New York en bleu turquoise

Top