03.08.2015, 22:47

La Corée du Nord prépare des obsèques grandioses pour Kim Jong-Il

chargement
Le régime n'a accepté la venue d'aucun représentant de l'étranger pour assister aux obsèques.

Célébration Peu de détails ont filtré sur le déroulement des cérémonies de mercredi.

Le régime nord-coréen préparait mardi de grandioses obsèques pour Kim Jong-Il, une occasion de célébrer le culte de son dirigeant décédé et de son fils et héritier déjà fermement installé au pouvoir.

Elles sont organisées onze jours après la mort de l'homme fort du régime, leader incontesté pendant 17 ans. Les observateurs s'attendent à une démonstration bien orchestrée de loyauté envers Kim Jong-Il, et donc envers le pouvoir en place, sur le modèle des funérailles de 1994 pour le père du défunt, Kim Il-Sung, fondateur de la Corée du Nord communiste.

Le régime communiste a multiplié les signes d'allégeance envers le fils et successeur du leader décédé le 17 décembre, Kim Jong-Un, pour garantir une rapide transition. D'abord désigné "grand successeur" et "grand camarade", cet homme de moins de 30 ans, dénué d'expérience a été appelé depuis "commandant suprême" de l'armée et chef du Parti des Travailleurs, le parti unique du pays, dans la presse nord-coréenne.

Le journal du parti, le "Rodong Sinmun", a écrit le nom de Kim Jong-Un en caractère gras dans ses éditions de mardi, un privilège réservé jusqu'à présent à Kim Il-Sung et à Kim Jong-Il.

Aucune chancellerie étrangère

"Kim Jong-Un, grand successeur de la cause révolutionnaire et leader avisé de notre parti, de l'Etat, de l'armée et du peuple, est à la tête de la révolution", a martelé pour sa part l'agence de presse officielle, KCNA, en décrivant la dernière visite de l'héritier au mausolée de Pyongyang où repose la dépouille de son père.

Le régime n'a accepté la venue d'aucun représentant de l'étranger pour assister aux obsèques. Les deux délégations sud-coréennes, non gouvernementales, envoyées lundi pour présenter leurs hommages sont reparties mardi en Corée du Sud.

Sur le chemin du retour, elles sont passées par le complexe industriel de Kaesong, situé côté nord près de la frontière. Il s'agit du dernier grand projet économique commun au Sud capitaliste et au Nord communiste, qui a survécu aux tensions bilatérales de ces dernières années.

Malgré une économie en ruines qui peine à nourrir une population de 24 millions d'habitants, la Corée du Nord dispose d'une Armée de 1,2 million d'hommes et de la bombe atomique. Cette capacité militaire incite les puissances régionales à espérer une stabilité du pays, aussi multiplient-elles les consultations depuis l'annonce du décès, le 19 décembre.


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

EmpêchementWEF 2020: Greta Thunberg doit renoncer à faire campagne avec les scientifiques pour le climatWEF 2020: Greta Thunberg doit renoncer à faire campagne avec les scientifiques pour le climat

ImpressionnantAustralie: des averses de grêle et des tempêtes de poussière s’abattent sur l’est du paysAustralie: des averses de grêle et des tempêtes de poussière s’abattent sur l’est du pays

InquiétantChine: le mystérieux virus fait un 3e mort et gagne la Corée du SudChine: le mystérieux virus fait un 3e mort et gagne la Corée du Sud

TristeRetrait d'Harry et Meghan: «Je n'avais pas d’autre choix»Retrait d'Harry et Meghan: «Je n'avais pas d’autre choix»

InégalitésRichesse: près de 2150 milliardaires ont plus d’argent que 60% de la population mondialeRichesse: près de 2150 milliardaires ont plus d’argent que 60% de la population mondiale

Top