12.11.2019, 20:00

Cossonay: Carlo Crisci, la vie du chef ne manque pas de sel

Premium
chargement
En cuisine, Carlo Crisci ne travaille pas, il s'amuse.

Cossonay Enfant, il ne voyait aucun intérêt à l’idée de reproduire des recettes, jusqu’à ce que le virus de la nouvelle cuisine le pique au vif. Avec lui, les plus fins gourmets se sont pressés à la table du Cerf. Quarante ans plus tard, le chef étoilé s’apprête à passer à autre chose.

Londres, 1978: dans les cuisines du restaurant St-Moritz, Carlo Crisci fait déjà des étincelles. A tel point que les casseroliers n’arrivent plus à suivre. Le jeune cuisinier les trouve trop lents et en change à tout-va. A 21 ans, le futur chef étoilé sait déjà ce qu’il veut, lui qui rêve de «gastronomie de haut niveau». Mais il doit aussi ronger son frein dans ce bistrot qui a bâti sa renommée sur des mets helvétiques, qui n’ont de suisses que le...

À lire aussi...

GastronomieCossonay: le chef étoilé Carlo Crisci met fin à l’aventure du CerfCossonay: le chef étoilé Carlo Crisci met fin à l’aventure du Cerf

ANNIVERSAIREUne surprise du chef au menu des 120 ans du «Journal de Cossonay»Une surprise du chef au menu des 120 ans du «Journal de Cossonay»

COSSONAYLe chef Carlo Crisci victime d'un acte de brigandageLe chef Carlo Crisci victime d'un acte de brigandage

RESTAURATIONLe dernier service de l’emblématique patron de la Plage de GlandLe dernier service de l’emblématique patron de la Plage de Gland

Top