05.12.2019, 05:00

L’étonnante histoire d’une toile rolloise qui parcourt le monde

Premium
chargement
Grégoire Vorpe, l'artiste, et Béatrice Ingold, la propriétaire du fameux tableau.

CULTURE Le tableau d’une Rolloise, peint par son beau-fils, se retrouve exposé dans une galerie à Miami. Une histoire d’autant plus surprenant que l’artiste est débutant.

De loin, c’est une grande toile blanche recouverte de petits points noirs. Il s’agit en fait d’une multitude de lettres. Elles forment des mots, des phrases. C’est une reproduction des conditions générales de l’IOS 11, le système d’exploitation des smartphones d’Apple que chacun est censé valider avant de pouvoir utiliser son nouveau téléphone. D’où ces deux mots, «J’accepte», qui figurent en blanc au centre du tableau.

Il y a quelques jours, cette toile se trouvait encore dans le salon de la Rolloise...

À lire aussi...

CultureGrand-Champ expose une vingtaine de peintres et sculpteurs de la CôteGrand-Champ expose une vingtaine de peintres et sculpteurs de la Côte

CULTUREMorges: un peintre «pop» au Musée ForelMorges: un peintre «pop» au Musée Forel

HistoireUne famille retrouve quatre œuvres d’art pillées par les nazisUne famille retrouve quatre œuvres d’art pillées par les nazis

HistoireLes tableaux pillés par les nazis ont retrouvé leur famille rolloiseLes tableaux pillés par les nazis ont retrouvé leur famille rolloise

Top