31.12.2018, 10:54

A Lausanne, le feu du pont Bessières réconforte depuis près de 40 ans

chargement
Sur le pont Bessières, les bénévoles se relaient 24 heures sur 24.

Bénévolat Du 21 décembre au 3 janvier, un feu solidaire brille près de la cathédrale de Lausanne. Sur le pont Bessières, des bénévoles se relaient 24 heures sur 24 pour apporter écoute et réconfort durant les Fêtes, depuis près de 40 ans.

"Cela a commencé en décembre 1980", raconte Herbert Stock, responsable du groupe qui anime le lieu. Joël, l'initiateur, témoin d'un suicide, avait décidé d'occuper le pont chaque Noël pour dissuader les esseulés. Depuis, les barrières de l'ouvrage ont été rehaussées, mais les bénévoles sont restés, toujours à l'écoute.

"On est là pour tout le monde. Pour les gens qui se sentent mal, seuls, qui ont perdu un proche ou qui ont envie de parler, tout simplement", explique Herbert Stock. "Si on a envie de passer, on peut s'arrêter. Pas besoin de pousser une porte".

Un feu et deux cabanes

Sous un ciel bas, les bénévoles alimentent un feu entre deux petites cabanes en bois, qui abritent l'une de la nourriture, l'autre un matelas. Casquette et manteau noir, un homme d'âge mûr apporte des oranges. Le matin, il est déjà venu déposer des sardines: "Malheureusement pas du saumon, je n'ai pas trop de sous", glisse-t-il.

"On nous apporte du thé, du pain, du sucre. Des gens passent pour demander si on a besoin de quelque chose", explique M. Stock. Des passants s'arrêtent pour échanger quelques mots, des automobilistes klaxonnent pour saluer.

Sur le pont, soignants, restaurateurs, enseignants ou photographes assurent une permanence par tournus, toutes les huit heures: une quarantaine de personnes de tous horizons donnent de leur temps pour cette action rebaptisée cette année le Feu de la Solidarité. Un collectif qui ne fonctionne qu'avec des dons, sans subvention.

Retour à l'essentiel

Infirmière, Christelle vient depuis qu'elle a seize ans. "Et j'en ai bientôt 40", relève la bénévole. "Pendant cette période de Fêtes, de frénésie de la consommation, cela nous rappelle à l'essentiel".

Qui sont les visiteurs du pont ? "Il y a de tout", explique le responsable. Des jeunes qui peinent à trouver leur place, des personnes qui ont besoin de réconfort ou qui l'ont trouvé ici il y a quelques années et qui reviennent dire merci. "Notre action est indispensable. En témoigne le nombre de personnes qui viennent vers nous. Le feu a du succès", constate Herbert Stock.

Les plus cabossés sont orientés vers des structures spécialisées. Au besoin, on fait appel à Police-secours. La collaboration fonctionne très bien avec la police, confie le responsable.

Infos pratiques

Numéro d'urgence, en cas de besoin: le 143 pour La Main Tendue

ATS

Top